Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013-10-01T09:28:29+02:00

Interview de Shah Rukh Khan par Devansh Patel de Bollywood Hungama

Publié par Kajal Srk Latika Khan
Interview de Shah Rukh Khan par Devansh Patel de Bollywood Hungama

Une Interview par Bollywood Hungama du mois d'aôut.

"Je suis indestructible. Je suis invincible". Dans la mesure où les citations des films disparaissent, c'est un doozy. Mais ce n'est pas la citation d'un film. C'est juste à portée de main, de la plus grande superstar de la planète : Shah Rukh Khan. Il est exactement là où il veut être - dans sa bibliothèque au troisième étage de l'annexe de Mannat, où il trouve la paix et la tranquillité. L'une des plus grandes histoires de la création du Bollywood d'aujourd'hui, Shah Rukh Khan en reste pas moins humble. Il se lève et me salue avec un sourire. J'ai lu dans les journaux, les magazines, vu à la télévision tout ce qui concerne l'acteur depuis que je suis à l'école et l'ai rencontré à Londres à plusieurs reprises et à Mannat en 2008.

Mais qu'est-ce que je ne sais toujours pas sur Shah Rukh ? Qu'est-ce que l'acteur n'a toujours pas révélé ?

Il a raconté son histoire avant, mais cela vaut la peine de le raconter à nouveau, à croire qu'elle n'est jamais vraiment fini. Fini l'icône de jeunesse de 'Kuch Kuch Hota Hai' et 'Dilwale Dulhaniya Le Jaayenge' . Le Khan qui est réinventé du blockbuster est devenu fou avec sa nouvelle sortie.

'Chennai Express'. Sa renommée est maintenant la vertu et ce qui fait l'un des plus grands noms dans le monde du divertissement, cependant, ce n'est pas la grandeur de son ambition ou la pureté de son âme, mais le fait que lorsque vous lui parlez, il semble être un bourgois gentille homme. Et laissez-moi vous dire ceci - Les bons hommes sont indestructibles. Ils sont invincibles.

Ce qui apparaît comme la meilleure interview de ma carrière et brisant, là aussi, un record (1 heure avec SRK), je vous présente la 1ère partie de l'interview spéciale sur l'homme qui est l'être humain heureux qui s'auto-proclame superstar. Je vous présente Shah Rukh Khan comme vous ne l'avez jamais entendu auparavant.

Je suis indestructible et les choses indestructibles ne se maintiennent pas elles-mêmes (rires). Je suis invincible. Mais je serai honnête - si vous commencer à considérer la reconnaissance extérieure ou à considérer les aspects externes de votre travail comme principal moteur de votre job - la quantité X de l'entreprise ou la quantité Y d'évaluation critique, quantité Z de discussion sur les nouveaux arrivants, etc. - ça ne marchera pas. Si vous travaillez pendant vingt ans, vous saurez où que je veux en venir.

Mais je ne parle pas de ma relation avec mon métier d'acteur. Je me moque de moi-même, je plaisante à ce sujet et je le dis spontanément, mais évidemment, j'en sais plus sur ce sujet. C'est moi et mon jeu d'acteur et c'est un secret. C'est la seule partie mystérieuse de mon travail. Je n'ai aucune raison de discuter de la façon dont on fabrique une chaussure. L'aimez-vous ? Vous va-t-elle bien ? Est-elle confortable ? Dura-t-elle longtemps ? Comment j'ai fait, personne n'a besoin de le savoir. Mais c'est le cœur et l'essence même de ce que je fais. Je ne connais rien d'autre. Tout le reste est secondaire – ma société est secondaire, les affaires sont secondaires, les critiques sont secondaires, et tout arrive parce que je joue. Tout cela découle de quelque chose que je possède et qui est indestructible. Je sais que je dois continuer à faire ce que je fais le mieux et c'est la comédie - que ce soit danser dans Maratha Mandir ou être stupide dans 'Chennai Express' et faire rire les gens. Tant que je joue, je continuerai, moi et mes films. Je suis depuis assez longtemps dans les affaires pour le savoir.

Je ne dis pas que je connais les affaires à 100%, mais je sais une chose. J'ai fait des films pendant la moitié de ma vie et puis je pense : je veux faire des films pour le marché du sud de l'Inde, mais ce marché peut changer, les goûts peuvent changer. Je veux faire des films pour les critiques, mais les critiques et leur appréciation peuvent changer pour un certain genre de cinéma. Et puis je fais des films parce que mon cœur le dit. Aujourd'hui, cela n'a pas changé et cela a toujours été un sentiment qui a grandi en moi.. Je trouve des gens avec qui j'aime vraiment travailler et cela me rend heureux. Je m'en remets aux exigences de cette personne une fois que je décide de faire le film. Que ce soit Aditya Chopra, Shimit Amin, Farah Khan ou Rohit Shetty. Je les fais plaisir dans leur univers et je me comporte comme ils veulent. Je change pour eux. Mais jusqu'à la fin du tournage, ces réalisateurs croient que j'ai toujours mérité d'être là. Je passe à autre chose.

Comment voyez-vous la façon dont les gens vous analysent ?

Chaque année, on m'enterre vivant et je réapparais. Je suis comme le phœnix qui renaît de ses cendres. Parfois, je suis un produit bankable, à d'autres moments je suis trop vieux, quelquefois entre les deux je traverse le cap de la quarantaine, parfois je suis trop désespéré, je suis aussi, quelquefois, l'incarnation de ce que l'Inde représente. Je ne crois pas à tout ça. Rien de tout ça n'est vrai et n'a rien à voir avec mon jeu d'acteur.

Je fais un discours à Yale, je parle au conclave d'India Today, je danse au mariage de quelqu'un, c'est ce que je fais, je suis un acteur.

Mumbai m'a donné de nombreux motifs de redonner. Elle me donne un étrange sentiment d'humilité, de gratitude, de bienveillance, et un désir d'être dévoré par les gens car ils m'ont tellement donné. Si je devais me vendre en chair, et ce que je ne fais même pas pour le marketing (rires), je me donnerai gratuitement à tout le monde. Je veux être marqué par des morsures d'amour, je veux être emporté en morceaux et je veux que la vie de quelqu'un soit touchée par tous les domaines de ma vie.

Elle m'a donné le sens du travail bien au-delà de cela. Elle m'a donné une famille qui est extrêmement bien établie et heureuse de ce que je fais. Elle m'a donné une place où, je pense, mes parents peuvent me voir du ciel. Quand on vous a tant donné, vous vous inquiétez seulement de la façon dont vous allez le redonner. Vous ne pouvez pas demander plus. C'est se montrer ingrat de demander plus, cette ville m'en a ôté le désir. Je ne sais pas à qui m'adresser. Je ne prie pas Allah en disant - Donnez-moi ceci ! Ma mère avait l'habitude de dire : «Zindagi Mein bêta, har kaam Karna, khush Rehna, kaam ki Hamesha izzat Karna, Koshish Karna, kabhi mangna na Pade" ("Mon fils, dans la vie, il faut travailler, être heureux, avoir du respect pour le travail, faire tout son possible pour ne pas avoir à mendier"). Cette ville m'a donner la chance de réaliser les vœux de ma mère sans avoir à le demander.

Je n'ai jamais évalué l'ensemble de mes fans. Oui, pour les plus de 65 ans, ils doivent faire partie de mes vieux fans alors qu'ils avaient quarante et plus. L'enfant de quatre ans c'est quelque chose de nouveau. Je suis assez surpris. Mais pendant toutes ces années, ça a été stable. La constance, c'est que je suis extrêmement humain quand vous me voyez en public et dans 'Chak De', 'Chennai Express', 'Don', 'My Name is Khan', etc. on me dépeint très bien . Mais je sais comment est composé l'ensemble de mes fans. Je suis sûr qu'ils ont été contents du film, parce que j'étais heureux quand je l'ai tourné. Mon bonheur est ce que je partage avec mes fans. D'autre part, c'est la constance d'être là dans le public que je ne peux fuir. J'ai dit ceci il y a quelques années : je ne travaille pas pour être une superstar ou pour être l'acteur numéro un ou le mieux payé. Tout ceci est secondaire, et ce mode continuera. Je veux être est cette chose qu'on ne peut nier. Quand vous avez une histoire d'amour, les gens attendent beaucoup de vous. Plus vous attendrez de moi quelque chose, plus je le ferai, mais je devrais être connu comme la personne qui a essayé de faire de son mieux. Je ne dis pas cela par arrogance. Certains films marchent, d'autres pas, mais tout ce que je fais, c'est pour mes fans.

Oui, je le ferai aussi. Mais ce ne peut être la prochaine étape. Quand j'ai signé 'Chak De', mes amis m'ont dit que je ne suis pas beau avec une barbe et qu'il n'y a pas de chansons me mettant en vedette dans le film. Mais je l'ai fait. C'était réussi pour certains, pas pour d'autres. Ce n'est pas grave. J'ai fait 'Dilwale Dulhaniya Le Jaayenge'. Après ça, les gens voulaient, seulement, me voir faire ce genre de films. Je leur dis – Soyez patient ! J'en ai fait un, j'en referai encore. Il y a un temps et une heure pour tout. J'ai deux grands enfants et un bébé j'ai besoin de passer du temps avec eux. Je dois m'occuper d'un tas d'autres choses aussi. Le système de soutien autour de moi s'est développé aussi. Mais je fais tout cela avec le calme de quelqu'un qui sait, qu'au bout du compte, il gèrera tout. Quelles que soient toutes les attentes de mes charmants fans, je les ferai jusqu'à mon dernier souffle en tant qu'acteur, star, interprète et comique.

SOURCE : BOLLYWOOD HUNGAMA

Traduction par Mimi de Shah Rukh Khan Online.

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog

PARTENARIAT